Être naturopathe aujourd’hui (formations, financement, statut, …)

Vous aimez beaucoup la naturopathie mais vous ne savez pas où vous mènera votre nouvelle passion ?
Je reçois de nombreux messages concernant les reconversions professionnelles, voici donc un petit article (non exhaustif) pour évoquer les formations, les financements et le statut quand on se lance.

SE FORMER

Il existe de nombreuses formations en naturopathie en France et à l’étranger. Dans l’hexagone les formations ne sont actuellement pas reconnues par l’État et notre métier est toléré tant que nous restons dans notre rôle d’éducateur de santé. Si vous souhaitez apprendre la naturopathie pour vous et pour vos proches, mais pas forcément en faire un métier, choisissez l’école qui vous semble la plus accessible pour vous et avec laquelle vous aurez un bon feeling. C’est avant tout une histoire de transmission de passion, on en fait ensuite ce qui nous semble le plus intéressant, avec nos talents individuels !

Si vous souhaitez en faire un métier, je vous recommande de choisir une formation avec un minimum de 1200 heures + un stage (ou plusieurs) + un mémoire + des enseignements pratiques (pas seulement théoriques concernant les massages, la réflexologie, l’hydrologie, etc…). Si vous étudiez à distance, vous pouvez ajouter des modules en présentiel dans votre école ou dans un autre centre de formation si vous en ressentez le besoin.

Je vous recommande de jeter un oeil aux formations soutenues par la Féna (Fédération française des écoles de naturopathie qui regroupe pour l’instant 6 écoles – il en existe d’autres très bien hors fédération, voir syndicats), par le syndicat SPN (Syndicat des spécialistes de la naturopathie) et par le syndicat Omnes (Association professionnelle de naturopathes), qui sont les plus actifs aujourd’hui.

La plupart des centres de formation offrent plusieurs formules : temps plein (généralement 1 an) ou temps partiel (2 à 4 ans). J’ai opté pour la formation proposée en 3 ans par l’institut Isupnat à Paris, mais il faut compter un peu plus de temps pour passer l’examen de la fédération, faire un stage et rédiger un mémoire de fin d’études (compter 3 ans 1/2 – 4 ans en tout). Cette période m’a paru juste pour moi, elle m’a permis de bien assimiler ce que j’apprenais et surtout de tester les différentes cures ! La naturopathie n’est pas une affaire de mental, elle doit s’intégrer dans le corps.

Je parle dans cet article de mes stages à l’étranger et je donne plus d’informations sur ma reconversion, je recommande de faire le plus de stages possibles pour ouvrir le champ des opportunités : en boutiques bio, en restaurant healthy, en centre de jeûnes en France et à l’étranger… Plus tôt on se lance plus vite on sait ce qu’on a envie de faire avec ses connaissances en naturopathie, et c’est un cercle vertueux : on se sent capable et on se jette à l’eau. Je connais trop de naturopathes qui se sont formés et qui sont restés dans leur ancien job par peur de se lancer ou par confort.

À l’étranger les formations sont différentes, par exemple au Canada et aux USA les naturopathes sont docteurs en médecine naturelle (ND – Naturopathic Doctor) et étudient 4 ans minimum en temps plein. Je vous invite à suivre l’excellent congrès ICNM qui se tient chaque année le 1er weekend de juillet, l’occasion de rencontrer des naturopathes d’horizons lointains, c’est très enrichissant !

 

Comment financer sa formation ? C’est la question qui revient le plus souvent, avec “pourrais-je vivre du métier après avoir utilisé une belle partie de mes économies pour financer la formation ?”. Pour la première question, si vous êtes salarié(e) je vous invite à consulter les possibilités de financement avec vos OPCA ou équivalents, ils financent parfois tout ou partie de la formation. Si vous êtes demandeur d’emploi, il arrive aussi que la formation soit prise en charge (oui oui) mais c’est rare, cela va beaucoup dépendre des budgets disponibles sur le moment et de vos interlocuteurs. Enfin si vous n’êtes ni l’un ni l’autre, il vous faudra débourser le montant de la formation de votre poche (avec l’aide peut être de la banque). L’option maline : faire appel aux financements participatifs auprès de vos proches, en utilisant les dates charnières de vos anniversaires/fêtes de fin d’année pour relancer autour de vous. Vous pouvez aussi proposer des contributions avec retour sur investissement en offrant des consultations au fil de votre formation. Je vous recommande chaleureusement On participe, qui partage les valeurs de la naturopathie.
Pour la deuxième question… voir plus bas.

 

S’INSTALLER

On devient rarement naturopathe du jour au lendemain, à moins d’avoir de gros moyens et beaucoup de temps devant soi à consacrer au développement de l’activité. C’est plutôt une révolution douce, on commence à faire des consultations auprès de ses amis et de sa famille (souvent gracieusement), puis auprès d’amis d’amis (qui commencent à payer une petite somme) avant de s’installer en consultation quelques demi-journées par semaine.

Installée depuis 1 an 1/2 j’ai fait appel à mon réseau pour trouver mes cabinets, dans lesquels je suis invitée et je reverse un pourcentage de mes consultations, je n’ai donc pas de frais fixes en ce qui concerne les murs. Il faut s’acquitter d’une assurance professionnelle (j’ai rejoins le syndicat SPN) et il est utile d’utiliser un système de réservation qui nous rend plus visible. Je suis sur Doctolib.fr (99 euros par mois) ainsi que sur Bliss You (15% de commission).

 

J’ai choisi le statut d’auto-entrepreneur, plus flexible et simple d’utilisation que le statut libéral. Il y a aussi moins de cotisations (22,5 %). J’ai longuement hésité avec la coopérative d’activité (régime assimilé salarié) et j’ai même été acceptée chez Port Parallèle (il faut assister à une demi-journée de présentation puis prendre un rendez-vous pour présenter son projet, s’il est viable on rentre dans la coopérative). La première solution n’offre pas de cotisation chômage ni en cas d’accident ou d’arrêt maladie prolongé (la crainte du libéral/auto-entrepreneur : être en arrêt plus ou moins long sans revenus). La seconde, moyennant une retenue sur chiffre d’affaire plus importante (50% en tout quand même) met relativement à l’abri d’un pépin.

L’auto-entreprise me convient bien car tout se passe en ligne et je suis plutôt mobile. Les modalités de création de compte se font très rapidement sur internet, tout comme le suivi. Le chiffre d’affaire se déclare par trimestre et le paiement se fait automatiquement par prélèvement. Le plafond de chiffre d’affaire à ne pas dépasser est de 33 200 euros par an. Vous trouverez toutes les infos utiles sur le Portail Auto-Entrepreneur.

Le statut d’auto-entrepreneur est cumulable avec le statut de salarié si votre contrat de travail l’autorise, ainsi qu’avec le statut de demandeur d’emploi (si vous êtes indemnisé(e) le calcul se fait en fonction de votre chiffre d’affaire et de vos droits), ou encore avec celui d’auteur. Petit bémol à noter également : on ne peut pas déduire les charges (loyers, assurances etc.).

 

EN VIVRE

La naturopathie est un art de vivre plus qu’un “métier”. On y vient souvent parce qu’on a envie de prendre soin de soi, ou de ses proches. C’est une activité encore peu connue en France, même si elle gagne du terrain et que le grand public est de plus en plus curieux. Il faut souvent compter plusieurs années pour vivre décemment des consultations, et  beaucoup de temps à se faire connaître dans sa zone géographique : ateliers, conférences, partenariats, création de contenu pour des journaux ou des sites internet…

Contrairement à d’autres approches thérapeutiques, la naturopathie n’invite pas à consulter chaque mois (et c’est très bien comme ça !), il faut donc renouveler constamment sa clientèle. Avec le temps le bouche à oreille permet de pérenniser l’activité.

Il est utile de diversifier ses activités et de proposer des techniques manuelles (massages, reflexologies) ou une autre approche complémentaire. J’ai moi-même choisi l’EFT afin d’accompagner le travail sur les émotions, je me suis formée aux techniques Emotional freedom technique (EFT) et Matrix reimprinting, mais aussi en psychopathologie/psycho-développement de l’enfant et en coaching/PNL/hypnose. J’ai complété ma formation avec un an d’Ayurveda. Comment savoir ce qui est fait pour vous ? Essayez les techniques, assistez à des réunions de présentation, rencontrez les thérapeutes… C’est une affaire de rencontres, et de plaisir. J’ai croisé l’EFT en 2ème année de naturopathie alors que j’étais en stage à Hawaï (la technique est très utilisée aux Etats-Unis) et j’en suis tombée amoureuse, je l’ai utilisée sur moi pendant plusieurs mois et je me suis lancée.

 

Mon ami Franck, fondateur d’une plateforme bientôt en ligne (Nusquama, à suivre !), me dit souvent “NATURE LOVES COURAGE”, alors faites vous confiance et lancez vous, même si vous ne savez pas encore très bien où votre nouvelle passion vous mènera. 

 

À découvrir aussi :
L’article : Devenir naturopathe, pourquoi et quels débouchés ?

Le site Nana Turopathe, fondé par la géniale Christelle Martin, qui propose une naturopathie moderne et accessible.

La page Facebook de La naturopathie pour les nuls.

16774101 - medical herbal pills with green plant on white background

Ma pharmacie naturelle, mes essentiels de voyage

Actuellement en voyage en Asie pour quelques mois, voici ma petite liste d’essentiels de voyage de naturopathe. J’aimerais être de celles qui voyagent léger mais j’ai toujours trop de vêtements, trop de chaussures et plein de produits (je dépasse rarement les 17-18 kilos, de toute façon je suis incapable de porter plus lourd dans les transports 😛 ).

Voici donc ma pharmacie naturelle, tous mes au-cas-où-on-ne-sait-jamais…

think from heart and brain concept

Mon plus beau voyage (et ressources en développement personnel)

C’est celui que j’ai entamé déjà l’an dernier, qui va de ma tête à mon cœur. Même si j’en fais aussi pas mal physiquement en ce moment  🙂 (vous pouvez suivre mon périple asiatique ici, je suis actuellement en Thailande).

Ceux qui me connaissent un peu savent que j’ai toujours été une faiseuse. Ce chemin si je l’ai choisi, est drôlement chaotique et fascinant. Je fais, j’essaie, je tombe, je me relève, je recommence et je continue. Avec principalement ma tête comme guide jusqu’à récemment. Je me suis vite débrouillée pour être indépendante et j’ai déjà fait un long chemin thérapeutique : psychothérapie, naturopathie, EFT, mais aussi des expériences un peu à part : 10 jours de méditation Vipassana, des séances avec un guérisseur philippin, une semaine de “shaking” dans un ashram sur une montagne à Bali (5 à 6 heures de sautillements par jour en répétant des mantras, une expérience exceptionnelle), somato-thérapie, approches énergétiques…. Le tout pour trouver le (relatif) équilibre qui est le mien, heureux et de plus en plus léger. Et depuis 2016, j’ai entamé une nouvelle étape, où j’écoute plus mon coeur que ma tête, et ça remue !

 

“You must find the place inside yourself where nothing is impossible. »
Deepak Chopra

 

Tout ceci s’impose à moi avec une grande douceur, comme une évidence. Adepte de ce que j’appellerais le self love et avide d’évolution personnelle, je n’ai de cesse de me nourrir grâce à des formations et des voyages, quitte à négliger mes loisirs, mes amitiés, parfois même mes amours et mon confort personnel depuis de nombreuses années. Pour moi il est évident que tout ceci vaut le coût, je vois ces efforts s’inscrire dans un résultat d’ensemble sans pour autant être capable d’en définir les contours. Je garde les pieds sur terre même si je suis en quête de réponses de temps en temps plus spirituelles, et j’ai la chance d’avoir une foi immense en l’avenir.

 

QUELQUES RESSOURCES

Je sens parfois que les gens que je rencontre aimeraient s’approprier un peu de cette même foi que celle que je porte. Alors voici quelques pistes de réflexions, ressources et lectures pour (r)allumer la flamme qui brûle en vous :

L’infinie puissance du cœur
L’homme croit savoir, en fait il sait si peu de la façon dont fonctionne le monde. Nous disposons de 3 cerveaux : notre tête, notre ventre et notre cœur. Et le 3ème est bien plus important qu’on ne l’imagine ! C’est bien le cœur qui capte les informations avant les autres, qui abrite nos intuitions et nos inspirations. Et ce sont les émotions qui donnent du mouvement, ou qui nous figent dans un état d’être.

[vc_video link=”https://youtu.be/jobk3Usi73k”]

En fonction de notre degré de cohérence avec notre cœur,  nous ne captons pas les mêmes informations. Nous n’accédons pas non plus aux mêmes opportunités. Nous ne disposons pas de la même énergie. Et notre monde n’évolue pas de la même façon. 

Ce que l’on vibre est aussi plus important que ce que l’on fait ou que ce qu’on dit. Nous attirons des personnes et des situations qui vibrent au même niveau. Je pense que les praticiens de santé de demain (ou après demain en France, vu le temps que les choses prennent ici) intégreront systématiquement la guérison de l’être dans son ensemble, en passant par le cœur (énergétiquement, vibratoirement, spirituellement).

À découvrir également : les ouvrages et le travail de Stéphane Drouet à suivre ici

 

La méditation, pour se connecter à son intuition
Notre mental cogite et élabore les meilleurs comme les pires scénarios, sous prétexte de prendre soin de nous 😉 . La méditation sous toutes ses formes nous permet de retrouver le calme, essentiel pour entendre les prochaines étapes pour nous.

Quelques-uns de mes favoris (en anglais) :

Mindvalley et l’application Omvana

Méditation du coeur

Emotional clearing : insecurity

Je vous invite à écouter Emilie Fletcher, fondatrice de Ziva Meditation en parler avec humour, la méditation sauvera le monde (oui oui).

J’aime aussi beaucoup le yoga nidra (dans la posture du cadavre, simplement allongé), qui permet aussi la relaxation, à essayer ici en français.

Pour aller plus loin : les formations MBSR (pleine conscience)

 

L’EFT
J’en ai déjà souvent parlé, cette technique venue des États-Unis est pour moi exceptionnelle. Elle m’a permis d’apprendre à regarder mes émotions en face et d’en prendre soin. Découvrez-là ici et essayez-la par là.

Personnellement je tapote avec Brad, un américain qui a mis des centaines de vidéos en ligne (en anglais). Ma vidéo favorite : Allowing Miracles

Je vous invite aussi à suivre Le Congrès Virtuel EFT (en français) qui offre chaque année au printemps une semaine de congrès gratuit avec les experts francophones de la pratique. Toute l’année il y a aussi des événements en ligne avec Maria Annell et Noëlle Cassan, les fondatrices. Son pendant américain s’appelle Le Tapping Summit, fondé par Nick Ortner il a lieu chaque année au mois de février. Les thèmes les plus courants sont traités : sommeil, relation à l’argent, amour, enfants, travail, sexualité, etc…

 

Les thérapies au long cours
Elles ne sont pas une panacée pour tout le monde, mais je ne crois pas que l’on puisse faire l’économie d’un vrai travail thérapeutique profond, quels que soient les outils dont nous disposons déjà. Ma préférence va à la psychothérapie (le psychothérapeute a lui même fait la route, il est alors à même de nous accompagner) et aux approches transgénérationnelles. Me contacter pour des références à Paris.

Elles peuvent être accompagnées par un travail complémentaire de temps en temps, je pense à toutes les approches que l’on peut trouver dans des stages à thèmes : guérison des blessures, enfant intérieur, ou encore approches chamaniques ou énergétiques de plus en plus disponibles à tous.

 

L’hygiène de vie
Un classique, un peu bateau mais tellement important. Si je n’avais pas réglé mes problèmes de sommeil je n’aurais jamais eu accès à toutes les possibilités qui se sont offertes à moi quand j’ai commencé à mieux prendre soin de moi. Sommeil, relaxation, alimentation intelligente, exercices physiques, … les bases de la naturopathie finalement.

Effet #1 : on arrête de prendre des cachous pour le moindre bobo

Effet #2 : on se responsabilise vraiment, et les effets se ressentent dans toutes les sphères de notre vie. On commence à prendre les choses en main.

C’est simple mais parfois pas si facile à mettre en place. Alors on n’hésite pas à se faire aider par un naturopathe et on se fixe des objectifs simples pour commencer. À découvrir aussi, la page Facebook de La naturopathie pour les nuls, une mine d’infos dans le prolongement du livre !

 

Les réponses sont toujours en nous, mais on a souvent besoin d’une mise en lumière : par un livre (je connais une excellente bibliothérapeute si ça vous dit), un stage, un voyage dans un lieu ressourçant… 

Chercher en soi la cohérence, l’équilibre, et faire confiance à ces désirs qui nous mettent sur la voie d’une recherche initiatique passionnante, je crois que c’est tout l’objectif de la vie.

 

Pour poursuivre, des lectures, des lieux et des  films qui font du bien :

Le film Dear Zendagi

Le livre Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une

Le documentaire La puissance de l’intention

Les interventions de Vishen Lakhiani et son travail avec Mindvalley (en anglais)

Oprah et ses Supersoulsessions (en anglais)

Le livre Le voyage de Guérison, ou The Journey,  plutôt en audio book, parce qu’elle raconte super bien son histoire + les exercices qui y sont associés que l’on trouve facilement sur youtube

L’Institut PranaHvital, à 1h30 de Paris, pour son énergie autant que pour ses fondateurs.

… (j’updaterai cette liste au fil de mes souvenirs et des mes découvertes, n’hésitez pas à y revenir)

 

La prochaine étape ? Mettre toutes mes ressources en action et réconcilier mon cerveau et mon coeur… Je crois que je suis sur la bonne route.

 

Mon plus beau voyage (et ressources en développement personnel) 1